Débouchés

Débouchés pour les diplômés

Les métiers visés dans cette formation spécialisante consistent à coupler deux compétences complémentaires, l’organisation industrielle et la responsabilité sociétale et environnementale, pour que le diplômé puisse valoriser ses compétences initiales d’ingénieur au travers d’un prisme à la fois respectueux de la planète et efficace du point de vue économique.

Face aux enjeux et aux problématiques environnementales qui deviennent des exigences sociétales fortes, les entreprises ont besoin de collaborateurs ayant ce large panorama de compétences pour infléchir leurs pratiques habituelles. Ces collaborateurs pourront exercer les métiers suivants :

  • Chargé d’affaires ou consultant en ECOD
  • Chef de projet ECOD
  • Ingénieur d’études écoproduits
  • Ingénieur d’études de systèmes circulaires
  • Responsable écoproduit
  • Ingénieur éco-commercial

 

Il est à noter que ces métiers existent déjà, mais sans leur connotation écoresponsable, et ce dans la plupart des domaines industriels conventionnels. En effet, on assiste à une évolution des métiers existants et à la possibilité d’inventer son métier.

Il est également à noter que les apprenants pourront continuer à œuvrer dans le domaine industriel et/ou technologique correspondant à leur spécialité initiale, la formation spécialisante proposée dans le Mastère Spécialisé® ECOD étant transversale.

Ce Mastère Spécialisé® permettra aux apprenants d’intégrer des entreprises de toutes tailles. De la start-up à la grande entreprise dans la plupart des domaines industriels conventionnels, toutes les entreprises ont besoin d’infléchir leurs pratiques, en prenant en compte les piliers de l’économie circulaire dans la proposition de solutions viables et durables.

La diversité des entreprises qui soutiennent le Mastère Spécialisé® ECOD témoigne de l’étendue des débouchés de cette formation. Ceci reflète des réalités terrain très différentes, du point de vue de la taille de ces entreprises comme du point de vue du secteur industriel (TIC, logistique, industrie, agroalimentaire, biotechnologie…). Elles expriment toutes deux nécessités communes : celle d’adhérer à la transition écologique et celle de disposer de ressources humaines qualifiées dans ce domaine.